Accueil du site > Enfance et Eveil culturel > Sorties culturelles Parents Enfants (...) > PETITES HISTOIRES DU HIP HOP EN (...)
logo

PETITES HISTOIRES DU HIP HOP EN MOUVEMENT

OCTOBRE 2010

par Fatima Bennafla (12/02/2012)

Les plus jeunes ont été invité à monter sur scène au colysée auprès de

BRAHIM BOUCHELAGHEM

le nom s’étale en rouge sur le fronton du Colisée.

Impossible de le louper.

Artiste qui a commencé ses premiers pas de danse dans la rue, sur un bout de carton, entre potes..

« DJ, breaker, b-boy, graffeur, beatbox, battle breakdance, freestyle... »

autant de termes qui font référence à ce mouvement né dans les quartiers du Bronx aux Etats Unis dans les années 70.

Afrika Manbattaa, James Brown précurseurs de cet art urbain. Ces noms et tant d’autres resonnent dans la vie du jeune Brahim Bouchelaghem ils le nourriront jusqu’à le propulser, quelques années plus tard, sur cette scène Roubaisienne.

C’est accompagné du collectif D’Street que Brahim Bouchelaghem nous a retracé l’histoire de la culture Hip Hop.

Les spectateurs se sont délectés des différentes figures élaborées, de chaque pas, de chaque déhanchement saccadé. Une véritable ovation a accompagné les moindres gestes de ces danseurs talentueux sous la houlette de leur « grand frère » Brahim.

Les enfants trépignaient sur leur sièges tandis que les adultes retrouvaient le « mouv’ » de leur prime jeunesse.

Le plus beau cadeau que cet enfant du pays ait pu offrir a été d’inviter les plus jeunes sur scène.

Sous une boule à facette, sourire jusqu’aux oreilles, ils se sont « dandinés » en essayant de reproduire les mouvements. Parfois l’on a pu apercevoir de futur breaker qui ont rivalisé avec leurs pairs et les danseurs eux mêmes dans des battles qui ont suscité l’admiration du public. Accompagné par des sifflements et des applaudissements largement nourris, ces jeunes danseurs ont quitté la scène non sans s’être congratulés chaleureusement à la "give me five", heureux d’avoir vécu ce moment unique qui laissera une trace indélébile dans leur mémoire.

Merci Brahim et D’Street de les avoir fait rêver ! 


Dans cette rubrique